'

ACTUALITES

MENFRI au Parlement européen !

 

Le 16 November dernier, MENFRI a organisé sa conférence finale " Emploi, Développement, Inclusion Sociale et Migration Climatique au sein de la Méditerranée: Le pouvoir de transformation du secteur sylvicole et de l'environnement". Co présidé par les députés européens M. Fisas et M. Gambus, l'évènement a donné lieu des de grandes discussions sur les différentes approches permettant de lutter contre le changement climatique, sur la croissance et sur le développement local. L'évènement a egalement permis le lancement du NODE - Node pour des Oportunités, le Développement et l'Environnement. 

Vous pouvez découvrir une vidéo (en anglais) qui résume la conférence ci dessous:

 

Vous pouvez egalement decouvrir les présentations Powerpoint des intervannts.

 

Et ci dessous, quelques photos de la conférence!

              

 

 


 

 

MENFRI organise sa conférence finale au Parlement européen!

 

 

 

Enrique Doblas, Coordinateur de la recherche au CREAF et Chef du projet MENFRI est heureux de vous inviter à la conférence finale du projet MENFRI et au lancement du pôle de services « NODE »

Node pour des Opportunités, le Développement et l’Environnement.

 

La conférence sera co-présidée par les députés européens M. Santiago Fisas Ayxelá et M. Francesc Gambús ainsi que par M. Tomas Matraia, Expert en Coopération Internationale et en Développement.

 

EMPLOI, DÉVELOPPEMENT, INCLUSION SOCIALE ET MIGRATION CLIMATIQUE AU SEIN DE LA MÉDITERRANNÉE:

Le pouvoir de transformation du secteur sylvicole et de l’environnement

 

Mercredi 16 novembre 2016 - 16h à 18h

Salle A3E2 - Parlement européen – Bruxelles

Pour découvrir l'ordre du jour, cliquez ici

Pour vous inscrire à l'évenement , cliquez ici

Pour plus d'information , contactez Elise Regairaz , elise.regairaz@alienoreu.com

 


 

 

Lisez les articles parlant de MENFRI:

 

En français:

Vers un pôle d'innovation pour la forêt méditerranéenne

Des projets européens propulsent le potentiel d'innovation marocain

La sylviculture innovante au service du développement de la Méditerranée – Un projet de l'UE organise la Semaine de l'innovation forestière et du développement au Maroc

La certification forestière : innover pour assurer une valorisation durable de forêts méditerranéennes

Le potentiel d'innovation méditerranéen mis en avant au cours de la semaine de l'innovation à Casablanca

Les forêts méditerranéennes pour relancer la création d'emplois, le développement durable et la protection des écosystèmes

Un projet de l'UE vise à soutenir la gestion durable des forêts dans le sud de la Méditerranée

Entreprendre une gestion durable des forêts méditerranéennes

Les bénéfices économiques de la sylviculture durable dans la région méditerranéenne

La coopération euro-méditerranéenne pour une bonne gestion des forêts


En anglais:

Sustainable forestry: creating jobs, benefiting rural communities, advancing gender equality

Towards Mediterranean development through innovative forestry

Forest Certification to Help Ensure the Sustainable Use of Southern Mediterranean Forests

Mediterranean development through innovative forestry: EU project holds Forestry Innovation and Development Week in Morocco

Working Together for the Development of Sustainable Forest Management in the Mediterranean Basin

European projects boost innovation potential of Morocco

Mediterranean forest to re-launch jobs' creation, sustainable development and protect eco-systems

EU project seeks to support sustainable forest management in the Southern Mediterranean

The economic benefits of sustainable forestry in the Mediterranean region

EU promotes Med cooperation for good forestry management

Forest certification: innovating to ensure a sustainable valorisation of Mediterranean forest products

EuroMed cooperation for good forest management

 

En espagnol:

MENFRI ha supuesto un nuevo enfoque hacia una investigación para la innovación y el desarrollo sostenible

El bosque es una pieza clave en el desarrollo sostenible, la creación de puestos de trabajo y la protección del ecosistema mediterráneo

El CREAF inicia un proyecto europeo de cooperación internacional para mejorar la gestión forestal y determinar cómo prepararnos para el cambio global en el Mediterráneo (MENFRI).

El proyecto MENFRI reúne expertos para cooperar hacia un uso sostenible y rentable de los bosques del Mediterráneo

Las ventajas económicas de una gestión forestal sostenible en la región mediterránea

Enrique Doblas:"Hay que cambiar la idea de que el bosque es intocable"

Las ventajas económicas de una gestión forestal sostenible en la región mediterránea

 

En italien:

MENFRI, un progetto per la buona gestione delle foreste nell'area Med

Ue promuove cooperazione Med per buona gestione foreste

Silvicoltura: dalla gestione sostenibile le certezze per il futuro

La buona gestione delle foreste nell'area Med, dipende dalla realizzazione corretta del Progetto Menfri

 

En catalan:

El bosc, peça clau en el desenvolupament sostenible

Catalunya es posiciona com a referent europeu en recerca forestal al Mediterrani

 


 

 

Lisez notre dernier article "Vers un pôle d'innovation pour la forêt méditerranéenne"


De l'élaboration des politiques à la certification forestière en passant par la création d'entreprise, les acteurs de la forêt méditerranéenne ont besoin d'informations et de services efficaces pour assurer une utilisation durable des forêts. Pour répondre à ce besoin, le projet européen MENFRI développe une approche novatrice, en impliquant tous les acteurs du secteur forestier, et prenant la forme de modules efficaces, reproductibles et évolutifs visant à assurer le renforcement des capacités des acteurs locaux, nationaux et régionaux.


« La forêt méditerranéenne est en danger en raison du changement climatique et de la surexploitation. Nous avons rassemblé toutes les parties prenantes impliquées dans la foresterie méditerranéenne autour de la table pour discuter des obstacles à un développement durable de la forêt. Nous avons alors réalisé qu'il existe une série de questions interconnectées qui vont au-delà de la sylviculture», explique Enrique Doblas, chercheur au CREAF et coordinateur du projet MENFRI. « Mais nous avons aussi réalisé que rendre disponible l'information et les services ainsi que mettre en contact tous les acteurs impliqués permettait de surmonter la plupart des défis.» Voilà pourquoi MENFRI développe un pôle de développement méditerranéen pour soutenir l'inclusion sociale, la création d'emplois et le développement économique ainsi que la protection de l'environnement au sein du secteur forestier. Poussé par cet objectif de renforcement des capacités, MENFRI a organisé, en novembre dernier, la "Semaine de l'innovation et du développement forestier" au Maroc. L'objectif était de développer une première série de modules de formation sur la certification forestière, l'autonomisation des femmes et l'intégration des chômeurs dans le secteur forestier, destinés aux représentants des administrations locales et nationales, coopératives, universitaires, entrepreneurs, et organisations internationales. Ces modules de formation ont été organisés en collaboration avec PEFC, le plus grand système de certification forestière au monde, DAFNE, le département de l'Université de la Tuscia pour l'innovation de la machinerie forestière, et SocialForest, une entreprise forestière travaillant pour l'emploi des jeunes marginalisés. Le but ultime est que ces modules soient reproductibles dans toute la Méditerranée et adaptés aux spécificités locales.

« La certification biologique aide les petites associations agricoles de la même manière que la certification forestière durable pourrait aider les communautés vivant dans les forêts" - M. Khalid, Ministère de l'agriculture et de la pêche, Maroc.
 

La forêt méditerranéenne est un secteur multidisciplinaire conduisant à des situations complexes au sein desquelles de nombreux aspects doivent être pris en considération: réglementation, finances, éducation, gestion environnementale, inclusion sociale, etc. Parce que tous ces aspects sont interdépendants, il est crucial de développer le renforcement des capacités et de mettre les différentes parties prenantes en contact afin qu'elles puissent échanger sur leur expérience et apprendre les unes des autres afin de surmonter des obstacles tels que l'accès à l'éducation et à la formation, le manque de partenariats public-privé, des cadres législatifs et des financements insuffisants, la nécessité d'innover dans les systèmes d'information géographique, le manque de technologies forestières appliquées, etc.
La certification forestière est un bon exemple de la façon dont la création d'un marché économique peut conduire à l'exploitation durable de la ressource. En effet, une fois que les propriétaires forestiers et les coopératives trouveront un marché sur lequel leurs produits seront vendus au juste prix, et attirera donc les investisseurs, l'intérêt pour l'utilisation durable des ressources va croître. Les forêts seront donc gérées de manière durable et seront économiquement rentables.
Ces modules de formation, développés en collaboration des experts forestiers, seront également testés en mai 2016 en Tunisie.

« Le projet MENFRI a la capacité de stimuler les initiatives en cours du gouvernement marocain en matière de conservation et valorisation des forêts, et de soutien aux coopératives locales pour un développement rural » - M. Fayçal Benchekroun, Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification, Maroc.

 


 

Découvrez notre nouvelle brochure !!

Cliquez sur notre nouvelle brochure ci-dessous pour la découvrir entièrement!


 

Lisez le dernier numéro de notre lettre d'inofrmation!

 

Cliquez ici pour lire notre Newsletter

 


 

MENFRI dans le journal "Forêts Méditerranéennes", édition de juin

 

Suite à la présentation de MENFRI par notre coordinateur durant la semaine de la forêt méditerranéenne, le journal "Forêts Méditerranéennes" a publié, à travers une édition spéciale, un article sur MENFRI. 

Plus d'information: http://www.foret-mediterraneenne.org/fr/publications/revue-foret-mediterraneenne/id-4263-t-xxxvi-n-2-2015-special-numero-international-4e-semaine-forestiere-mediterraneenne-de-barcelone- 

 


 

La certification forestière: innover pour assurer une valorisation durable des produits forestiers méditerranéens

La désertification est l'un des principaux problèmes environnementaux rencontrés par les pays du Maghreb. L'utilisation durable des forêts dans ces pays aiderait à atténuer et s'adapter au changement global. Les experts forestiers rassemblés par MENFRI à Barcelone ont discuté des possibilités et des défis offerts par des solutions innovantes telles que la certification des forêts dans la région méditerranéenne.

Au Maroc, 80% des terres sont soumis à un haut risque de désertification1. Pour faire face à ce défi, le Maroc a fait des efforts considérables pour remédier à la dégradation des terres. Cependant, la gestion des forêts reste une question im portante pour le pays. En effet, que ce soit au Maroc comme en Tunisie, les forêts sont de propriété publique et les habitants peuvent
utiliser ses ressources pour leurs propres besoins. Malheureusement, la pauvreté au sein de ce cadre juridique conduit à des abus et à la désertification en raison d'un manque de prise de conscience quant à la valeur de la forêt et de ses produits et quant à la nécessité de l'exploiter de manière durable.

Etre capable d'identifier un produit certifié issu d'une forêt méditerranéenne comme respectueux de l'environnement et socialement équitable est clé dans le développement d'un marché pour des produits forestiers méditerranéens. Le développement d'un tel ma rché serait favorable à la croissance dans la région méditerranéenne, attirant des investisseurs, et augmentant ainsi l'intérêt des acteurs locaux à utiliser, de manière durable, leur source de revenu. «Si dans le nord de la méditerranée la certification PEFC est bien développée, ce n'est pas le cas dans le sud», a expliqué Sarah Price de PEFC international. «Le projet MENFRI est donc une excellente occasion de discuter de la façon dont la certification forestière pourrait aider les forêts
méditerranéennes et leurs produits à être mieux valorisés».

PEFC est le plus grand système de certification des forêts au monde et il valide les règles nationales de certification forestière développées à travers une organisation collégiale. Leur devise est «Penser globalement, agir localement», veillant à ce que les normes nationales répondent aux attentes des parties prenantes sur le terrain, traitent les spécificités forestières locales, et soient compatibles avec les lois et réglementations nationales, tout en étant reconnu internationalement. En outre, la certification PEFC couvre la forêt mais également la chaîne de contrôle
et comporte des aspects sociaux tels que les droits des travailleurs,l'emploi local et les peuples autochtones.

Afin que PEFC approuve un système national de certification forestière, l'administration nationale doit élaborer des normes nationales assurant une utilisation durable des forêts. Alors que le Maroc est en train de revoir sa législation pour soutenir les partenariats public-privé pour la gestion des forêts, la Tunisie doit encore lancer cette réforme législative afin de permettre à des projets pilotes réussis de s'étendre sur l'entièreté du territoire. « La certification seule ne résoudra pas le besoin urgent de réforme législative », a averti Abdhelamid Khaldi, de l'Institut National de Recherches du Génie Rural, des Eaux et Forêts en Tunisie.

« Nous devons montrer l'avantage de la certification forestière à l'administration afin de les encourager à mettre en place des normes nationales. Nous devons démontrer que la certification forestière peut assurer qu'un produit soit socialement et économiquement viable, et durable pour l'environnement», a déclaré Mme Druget de la délégation de l'UE au Maroc. Elle a ajouté qu'un programme de 4 ans a été lancé en 2013 par la Commission européenne pour soutenir l'adaptation du secteur forestier marocain à de nouveaux défis, promouvoir des approches territoriales et garantir la participation des communautés locales à l'utilisation durable des forêts.

Cela démontre que de nombreux acteurs élaborent, sur le terrain, des stratégies et des projets pilotes dans le but de trouver des solutions pour un avenir brillant et durable pour la forêt méditerranéenne. Le Réseau MENFRI permet à tous ces acteurs: chercheurs, gestionnaires forestiers, administration, coopératives, investisseurs, décideurs politiques, etc., de trouver une plate-forme commune pour échanger des idées et créer de solides alliances.

La réunion des experts MENFRI a été complétée par une visite de forêts certifiées dans la région catalane. Cette visite de terrain a permis aux acteurs du Sud de comparer leur propre gestion avec les exigences locales en matière de planification forestière. Cet échange va se poursuivre car MENFRI prépare également des sessions de formation en novembre 2015 au Maroc et en mai 2016 en Tunisie sur la certification forestière et l'innovation dans le secteur forestier pour l'amélioration de la situation des femmes et pour développer les capacités dans le Maghreb.

 


 

MENFRI à la 4eme Semaine Forestière Méditerranéenne

Accueilli à Barcelone par le gouvernement espagnol, la 4e édition de la Semaine Forestière Méditerranéenne a eu lieu du 17 au 20 Mars et s'est concentrée sur la problématique suivante «Améliorer les moyens d'existence: le rôle des fillières forestières méditerranéennes dans une économie verte ».

L'équipe du projet MENFRI était présente au cours de cette semaine afin de renforcer les échanges et synergies avec d'autres acteurs impliqués dans la gestion des forêts méditerranéennes, venant des deux rives du bassin, et rassemblant des chercheurs et des représentants de communautés locales, d'institutions et d'autres projets et initiatives pertinentes. Nous avons également exploré d'éventuelles collaborations avec les institutions de financement afin de développer des projets pilotes sur le terrain, nés au sein de notre plate-forme de discussion MENFRI.

MENFRI a été mentionné à plusieurs reprises au cours des présentations des différents experts et notre coordinateur, E Doblas du CREAF, a fait une présentation révélant notre vidéo de présentation et expliquant ce que MENFRI peut réaliser en termes de promotion de l'innovation, de coopération internationale et de développement de la bio-économie afin d'accroître la résilience des écosystèmes forestiers.

 


 

Des projets européens propulsent le potentiel d'innovation marocain

« Le plus difficile est d'arriver à faire se rencontrer les offres et les demandes en termes de partenariats de recherche et d'innovation, mais lorsque nos chercheurs marocains intègrent des projets européens, l'échange et la coopération entre les deux rives de la méditerranée résulte souvent en de magnifiques projets».

Ces mots ont été prononcés par Dalila Loudyi, point de contact national du Maroc pour les projets de recherche européens sur l'environnement du précèdent programme cadre de recherche européen FP7 (2007-2013), lors de la Semaine de l'Innovation, qui s'est tenue à Casablanca du 3 au 5 mars dernier. Mais Dalila ne fut pas seule à noter que la coopération internationale en recherche et innovation peut être une source de force pour les relations Euro-méditerranéennes et pour la croissance. Cet évènement de 3 jours, qui a offert des séminaires, des formations et un évènement de mise en réseau, a rassemblé, chaque jour, plus de 50 participants. Ceux-ci avaient différents profils tels que des chercheurs, des entrepreneurs et des représentants d'administrations publiques, venants de tout le Maroc (Marrakech, Tétouan, Tanger et Casablanca), mais également de l'étranger comme la France, la Grande Bretagne, le Liban et la Tunisie. Tous coopèrent pour éliminer les barrières à l'innovation et pour un développement local et durable dans des domaines différents tels que l'énergie, la foresterie ou la santé.

Enrique Doblas, chercheur au CREAF et coordinateur du projet MENFRI, l'un des projets européens financé par le programme R2I « de la recherche à l'innovation » de la Commission européenne et organisateurs de l'évènement, explique comment l'idée d'une Semaine de l'Innovation est née : « Au sein de notre propre projet, nous avons identifié des problématiques pour le secteur forestier méditerranéen : changement climatique, barrières à l'entreprenariat, question du genre, manque d'incitations publiques, etc. Nos partenaires européens et maghrébins, travaillants sur des projets liés à l'énergie, l'eau et l'agriculture ont rencontré des barrières similaires. Nous avons donc décidé de collaborer et de créer une plateforme où des chercheurs, des entrepreneurs et des communautés locales, venant de toute la méditerranée, se sont rassemblés, ont discuté et échangé sur leurs connaissances et les bonnes pratiques liées à ces problèmes. Dans le cas de MENFRI, ce genre de dialogue s'est prouvé très efficace afin d'aider la foresterie méditerranéenne à être un secteur innovant, durable, juste, viable économiquement et créateur d'emplois. L'organisation de la « Semaine de l'Innovation », permettant l'échange de connaissances pratiques et de conseils, nous est apparue comme une étape cruciale vers une recherche et un entreprenariat méditerranéen uni et plus fort, permettant ainsi de combattre les problèmes communs que nous rencontrons ».

Mme Siham Hamidi du Ministère marocain de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres a confirmé ce besoin d'une recherche méditerranéenne forte. « Il est nécessaire que nous développions la capacité de nos chercheurs à monter leurs propres propositions de projets en réponse aux appels à propositions de la Commission Européenne » a-t-elle expliqué. « Nous avons beaucoup à apporter à la recherche méditerranéenne. C'est pourquoi notre ministère poursuit une mission d'information auprès des chercheurs marocains pour les informer des opportunités existantes telles que Horizon 2020 ».

« Renforcer la coopération internationale dans le domaine de la science, de la recherche et de l'innovation dans la méditerranée est une façon de créer de la croissance tout en combattant, ensemble, des défis globaux tels que le changement climatique et d'agir avec une masse critique », a expliqué Tomas Matraia, chargé des «Pays voisins du Sud de l'Europe et Afrique », à la Direction Générale « Recherche et Innovation » de la Commission Européenne. « Mais cela va plus loin », a-t-il ajouté. « Il est question ici d'investir dans le capital humain, en partageant et en renforçant la confiance mutuelle tout en construisant des relations plus fortes autour du bassin méditerranéen pour les générations actuelles et futures. Ainsi, la coopération internationale en recherche et innovation renforce la politique externe de l'Union Européenne et promeut le développement local et durable tout en créant des opportunités « gagnant-gagnant ». Les projets du programme R2I, tels que MENFRI, sont des outils efficaces pour réunir chercheurs, entrepreneurs et société civile ; et les faire travailler sur des objectifs communs ».

« MENFRI est en train d'organiser une nouvelle formation multidisciplinaire et des activités de renforcement des capacités au Maroc en novembre 2015 et en Tunisie en mai 2016 » a annoncé Doblas. « La certification forestière et l'aide aux femmes vivant dans des zones rurales et travaillant dans la forêt seront les thèmes principaux » a-t-il ajouté. « MENFRI collabore déjà avec PEFC International (Programme de reconnaissance des certifications forestières) et explore une collaboration avec la délégation de l'Union Européenne au Maroc. Nous pensons que cette action fraie la voie à la création d'emplois et au développement local ».

 


 

Regardez notre vidéo de présentation!

 

 


Entretien avec E. Doblas, Coordinateur de MENFRI et chercheur au CREAF

 

"Nous devons changer l'idée que nos forêts sont 'intouchables' "

Traduit de l'article : Martínez, Yaiz. "Enrique Doblas: "Hay que cambiar la idea de que el bosque es intocable." Tendencia21. Available here : http://www.tendencias21.net/Enrique-Doblas-Hay-que-cambiar-la-idea-de-que-el-bosque-es-intocable_a37948.html

L'objectif principal du projet MENFRI, financé par la Commission européenne, est l'échange de connaissances en matière forestière entre la Méditerranée du Nord et du Sud. Cet échange vise à améliorer la conservation des forêts tout en utilisant leurs biens et services.

Enrique Doblas, chef du projet et chercheur au Centre d'écologie forestière et de recherche appliquée (CREAF), nous a présenté le projet MENFRI et sa philosophie dans l'interview qui suit.

Il explique par exemple que nous devons changer l'idée que les forêts sont « intouchables». Dans le contexte actuel de pressions sur l'environnement, les forêts doivent être gérées activement afin d'augmenter leur résilience naturelle et leur résistance.

Cette gestion forestière nécessite un soutien politique et citoyen. Cela dit, ce soutien ne peut émerger que d'une éducation environnementale démontrant la valeur des forêts en tant que sources de bien-être et de développement. La gestion forestière nécessite également des connaissances et des idées innovantes qui, selon Enrique Doblas, sont déjà disponibles et potentiellement fructueuses.

Quels sont les objectifs du projet MENFRI et comment a-t-il émergé?

Le projet MENFRI est né de l'appel à proposition de projets de la Commission européenne sur la coopération internationale "de la recherche à l'innovation"(R2I). Les principales exigences de l'appel incluaient une collaboration de confiance avec les pays voisins de l'UE, dans notre cas de la Méditerranée, et une composante économique et industrielle forte afin d'appliquer les résultats de la recherche sur le terrain.

L'objectif de MENFRI est l'échange de connaissances sur la gestion de la forêt entre les deux rives de la Méditerranée dans le but de préserver nos forêts tout en utilisant leurs ressources.

Dans le contexte du changement global (climatique, feux, espèces envahissantes, économique, etc.), il est nécessaire de créer un secteur forestier innovateur, capable de combiner la protection des écosystèmes avec les avantages connexes de bien-être et de création d'emplois.

L'abandon des forêts méditerranéennes est-il réel ?

Pour être précis, dans les pays méditerranéens du nord, un abandon progressif des terres agricoles, non rentables, a été accompagné d'un exode rural progressif. Ce fait a conduit à l'apparition de nouvelles forêts (les zones boisées de plusieurs pays européens ont augmenté) qui, en l'absence de tout type de gestion et dans le cadre du changement global, sont particulièrement sujettes aux incendies, sécheresses, épidémies d'insectes et maladies.

La région méditerranéenne est une des zones où la biodiversité est la plus vulnérable au changement climatique. Quel est donc le type de risques liés à une mauvaise gestion forestière ?

Le fait de savoir si la région méditerranéenne est plus ou moins vulnérable au changement climatique est discuté mais il est clair que la combinaison de plusieurs facteurs de changement dans la région affectera grandement nos écosystèmes.

Faisant face au changement climatique, nos forêts doivent être gérées afin d'accroître leur résilience naturelle et leur résistance. Les risques associés à l'absence de gestion sont, entre autres, le feu dû à l'accumulation de biomasse sèche, ou les insectes envahissants ou maladies dus à une forêt trop dense.

D'autre part, dans les pays du Maghreb, dû à une exploitation sauvage et une surexploitation des ressources, ainsi qu'une augmentation des températures prévues et une diminution des précipitations, le risque de désertification augmente.

Dans une telle situation, une gestion forestière prenant en compte des objectifs environnementaux et éducatifs est fortement recommandée.

Comment l'impact des activités humaines (par exemple, le changement d'utilisation des terres) sur les forêts méditerranéennes pourrait être atténué?

Lorsque nous parlons de l'utilisation des terres nous nous référons à une combinaison d'activités qui impliquent des processus très différents, tels que ci-dessus mentionnés : l'abandon des terres et la surexploitation. Par conséquent, chaque processus implique des stratégies de gestion différentes. En d'autres termes, il n'y a pas de solution magique pour toutes les menaces.

La Méditerranée est un exemple controversé. Une stratégie de gestion réfléchie pour atténuer les effets des gaz à effet de serre pourrait conduire à une augmentation de la couverture forestière, diminuant ainsi les niveaux de dioxyde de carbone. Cependant, les forêts ont besoin d'eau et l'augmentation de la couverture forestière peut entraîner des ressources en eau amoindries, non seulement pour l'écosystème, mais aussi pour les populations locales. En outre, cette forêt dense, associée à la sécheresse, pourrait mener à un déclin de la forêt du à la concurrence pour l'eau entre les arbres.

Par conséquent, le plus important est de toujours étudier la situation de chaque écosystème dans son contexte local. La gestion permettra de répondre aux besoins environnementaux, économiques et sociaux et de gérer les différentes pressions. De même, il est important d'éviter toute stratégie impliquant de grandes perturbations environnementales.

Est-ce qu'une utilisation rentable des forêts est possible tout en assurant sa protection?

L'équilibre entre la conservation et l'utilisation de nos forêts est possible et recommandée. Nous devons changer l'idée que nos forêts sont « intouchables» parce que, dans le contexte actuel de changement climatique, les forêts doivent être gérées activement afin d'être préservées.

Dans la même idée, les forêts ne doivent pas être surexploitées, menant à une perte de la matière première pour les industries ou les populations locales. La gestion des forêts, même à des fins de conservation, implique des efforts et de l'argent, mais permet l'utilisation rentable des ressources renouvelables et d'obtenir son propre financement.

Cependant, atteindre cet équilibre n'est pas facile du tout. Il est très important que tous les acteurs impliqués collaborent. Les propriétaires forestiers et les entrepreneurs doivent rechercher l'équilibre entre les avantages à court et à long terme basés sur les conseils de gestionnaires et de chercheurs. Ils doivent travailler ensemble à la recherche de l'amélioration de la résilience et de la résistance des forêts, plus qu'à l'augmentation de leur production.

Enfin, un rôle très important doit être donné à la société dans son ensemble. Les citoyens doivent être conscients de l'importance des produits forestiers locaux, de la qualité plus élevée du bois d'espèces méditerranéennes par rapport aux espèces à croissance plus rapide (et moins chères), du prix de liège, des utilisations des plantes aromatiques qui nous entourent, etc... C'est la seule manière pour que la conservation soit mise en valeur et que les décideurs politiques s'impliquent dans la promotion de l'innovation forestière.

À l'heure actuelle, pensez-vous qu'il existe une volonté politique de soutenir des initiatives équilibrées entre conservation et usage des forêts?

Selon moi, la volonté politique dépend uniquement et exclusivement de la volonté de la population. Aucun décideur ne soutiendra des politiques sans soutien du peuple, même si ces politiques incluent des avantages économiques ou environnementaux démontrés (surtout à long terme). C'est pourquoi je tiens à réaffirmer l'importance de l'éducation environnementale; l'apprentissage de la valeur de nos forêts comme source de bien-être et de développement.

Bien sûr, une fois que tout le monde comprend que les forêts méditerranéennes ont la capacité d'offrir santé, divertissement et emplois, je pense que la bonne volonté politique sera assurée. En fait, l'un des objectifs et le plus grand défi de MENFRI est d'informer, d'éduquer et d'impliquer les décideurs politiques européens dans l'innovation forestière méditerranéenne.

Peut-on espérer un changement de direction vers la durabilité dans le cadre de la gestion de la forêt méditerranéenne?

Oui, nous le pouvons, mais nous ne devons pas rester sur de grands mots car le défi est important. Il existe des preuves et des exemples démontrant que le changement est possible. En méditerranée européenne, le tourisme rural durable, par exemple, montre le bénéfice potentiel de la forêt tout en favorisant la conservation de celles-ci.

Dans le sud de la méditerranée, les petites associations de femmes commencent à commercialiser des produits non ligneux et à en obtenir des bénéfices, tout en valorisant les forêts comme cela n'a jamais été fait auparavant. Cependant, l'effort de collaboration déjà mentionné est nécessaire pour transformer ces exemples isolés en un changement de cap. Ce changement ne peut être soutenu que par une demande sociale en produits forestiers issus de méthodes favorisant la conservation.

Quelles mesures et initiatives ont été effectuées par MENFRI?

Lors de la première année, le projet a tenté d'établir une liste des actions à mener. Nous avons rassemblé un groupe d'experts issus des deux côtés de la Méditerranée, comprenant des membres du Parlement européen, des hommes d'affaires et gestionnaires forestiers, des représentants des propriétaires forestiers, des chercheurs du nord et du sud du bassin et des travailleurs sociaux en contact avec les populations locales.

Parmi les différentes discussions qui ont eu lieu au cours des réunions d'experts, trois idées sont apparues : valorisation, éducation et soutien gouvernemental.

Pour soutenir la valorisation des produits forestiers méditerranéens, MENFRI a commencé à négocier la possibilité de créer une certification appropriée avec les entités responsables. Afin d'accroître l'éducation, différents cours et formations ont été planifiés sur les thèmes suivants : gestion forestière traditionnelle et assistée de systèmes d'information géographique, création d'entreprise, et financement européens.

Enfin, comme déjà mentionné, l'implication politique est réussie grâce aux débats, mais aussi par des rapports, des vidéos, des guides et, principalement, par un événement futur au Parlement européen comme le joyau de la couronne du projet.

Toutefois, le principal objectif de MENFRI est de développer un réseau pour faciliter l'interconnexion entre tous les acteurs impliqués dans la foresterie : des scientifiques aux entrepreneurs, en passant par les gestionnaires, les propriétaires, les ONG ...

Cet outil virtuel est déjà en construction et vise à aider à satisfaire les besoins de chacun à travers les besoins des autres. Par exemple, dans l'idéal, un propriétaire forestier intéressé à l'efficacité à long terme de sa forêt et comment la financer pourra trouver, grâce à cet outil, un centre de recherche offrant les services demandés et des investisseurs recherchant un projet novateur à financer.

Quels sont les rôles de la connaissance scientifique et des méthodes novatrices de gestion forestière dans le développement du projet?

En fait, la connaissance joue un rôle fondamental. Même s'il est important de préciser que le projet ne vise pas à générer de nouvelles recherches ou méthodologie, mais veut améliorer son utilisation en le rendant accessible au public.

Beaucoup d'information et d'idées très innovantes, potentiellement efficaces, sont déjà disponibles. Toutefois, comme déjà souligné, un changement de cap est nécessaire là où l'éducation et la collaboration seront nécessaires.

La recherche et la gestion innovante doivent être mises en pratique afin d'être testées. Les propriétaires et les entreprises ont besoin d'incitations pour adopter de nouvelles pratiques et la société et leurs gouvernements devraient appuyer ces initiatives afin de leur fournir la force nécessaire.

 


 

MENFRI au Bioeconomy Forum Dialogue

Le coordinateur de MENFRI, Enrique Doblas, a participé au Bioeconomy Forum 2014 et a présenté les résultats de notre 2eme réunion d'experts qui a eu lieu à Bologone en Novembre. Lire ci dessous.

Enrique a souligné que

• L'idée simpliste des "forêts intouchables" doit se substituer à une approche plus réaliste. Cela signifie que les communautés dependantes de l'exploitation des forêts doivent réaliser la valeur réelle des produits qu'ils recoltent. Dans la situation actuelle de changement climatique, les forêts seront exploitées (ou dégradées par les pressions environnementales), il nous faut donc mettre en place une gestion durable des forêts et de ces biens et services, afin d'améliorer sa capacité à resister au feux, sécheresses, et espèces envahissantes.

• Les propriétaires forestiers privés et les communautés locales sont des acteurs cruciaux qui devraient être aidés et habilités. La transformaiton doit se rapprocher des forêts: en d'autres mots, la chaine de valeur doit être aussi proche que possible de la matière première afin de contribuer à l'enrichissement et au développement des communautés avoisinnantes. Le tourisme rural est un excellent exemple.

• La demande liées aux nouvelles applications (bioenergie par exemple) doit être coordonée avec les besoins traditionels pour assurer la durabilité grace à un échange des connaissances.

 Télechergez le rapport (en anglais) MENFRI au Bioeconomy Forum Dialogue ici

 


 

2nd Réunion d'experts de MENFRI

 

Et si la forêt méditerranéenne était un moteur de croissance économique, capable de lutter contre les effets du changement climatique tout en favorisant le développement durable et équitable…

Avec cette idée profondément ancrée dans leur esprit, des chercheurs, des entrepreneurs, des innovateurs et des ONG du bassin méditerranéen, ainsi que l'Union Européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), se sont réunis à Bologne pour transformer cette idée en réalité, à travers le projet « MENFRI » financé par l'UE.

« Dans les pays européens de la Méditerranée, l'augmentation des zones forestières et de la biomasse disponible conduit à des risques croissants d'incendies forestiers, de ravageurs et de glissements de terrain, posant également des risques pour la population. Dans la partie sud du bassin méditerranéen, l'intensification de l’utilisation des forêts stimule la désertification. Dans l'ensemble, la Méditerranée souffre de changements d'utilisation des terres et du changement climatique avec des conséquences dangereuses pour nos communautés et pour l'environnement. Cela nécessite un plus grand soutient et une promotion de la gestion durable des forêts (GDF) comme meilleure stratégie de prévention », a déclaré Enrique Doblas, responsable du projet MENFRI.

 

Des forêts aménagées sont des forêts protégées pouvant être productives

Les experts forestiers qui se sont réunis à Bologne en novembre dernier sont convaincus que c’est l'équation qui peut changer le jeu et avoir également des avantages pour les communautés locales: « Les acteurs locaux doivent percevoir leurs forêts comme source de développement », a souligné Christophe Besacier, spécialiste de la forêt méditerranéenne à la FAO. « Plus la chaîne de valeur reste près de la source des matières premières, plus les populations locales identifieront les forêts comme source d'enrichissement, d’emplois et de produits de qualité" a-t-il conclu.

« La dépendance des populations locales aux ressources forestières est l'une des principales menaces pour les écosystèmes du Maghreb. Nous pensons que les populations locales doivent être sensibilisées et impliquées tout le long de la chaîne de valeur des forêts, depuis le début jusqu’à la fin. Ils doivent être habilitées à gérer les forêts de façon durable, en profitant des avantages de la croissance économique d'une manière équitable » a dit Rahhal Boulogoute, homme d'affaires marocain et opérateur de forêts de chênes lièges.

 

Travailler vers une certification pour la forêt méditerranéenne

Dans la partie nord de la Méditerranée, les acteurs forestiers principaux rappellent que la conservation et la gestion sont des concepts clés à l'utilisation durable des ressources forestières. Ils encouragent également l'idée d'une «marque méditerranéenne » qui pourrait permettre aux produits d'entrer sur un nouveau type de marché, où les consommateurs seraient en mesure d'identifier clairement les produits de qualité régionaux, équitables, et ayant une valeur ajoutée pour l'environnement.

MENFRI travaille avec PEFC, le plus grand système de certification forestier du monde, afin d'explorer la possibilité d'une marque « forêt méditerranéenne ». « La certification régionale est un long processus », a déclaré Enrique Doblas, « mais MENFRI est bien placé pour agir en tant que lien entre PEFC et les pays du Maghreb afin de commencer par des systèmes nationaux de certification, l'échange de connaissances, fournir une formation sur le sujet, et pour faciliter plusieurs projets pilotes ». « A la fin », a-t-il conclu, «notre travail est de fournir des solutions innovantes, issues de la recherche et intégrant les marchés, tout  en engageant les acteurs publics et privés, et nous sommes sur la bonne voie ».

 

A propos de la 2eme réunion d’experts MENFRI à Bologne le 17 Novembre 2014 :

En plus de l’équipe MENFRI, constituée de chercheurs en foresterie et en développement social, de propriétaires forestiers, et de consultants en développement des entreprises et en politiques environnementales, provenant des deux rives de la méditerranée, cette réunion a rassemblé des experts en foresterie et en coopération dont : Rahhal Boulgoute (production de liège, Maroc), Abdelhamid Khaldi (responsable « forêts » à l’INRGREF, Tunisie), Teresa Renzi (ONG d’apiculteurs, Italie), Francesco Marmo (Tourisme durable, Italie), Jordi Gené (INCAFUST, Espagne), Jordi Vayreda (CREAF, Espagne), Danilo Monarca (Université de Tuscia, Italie), Luigi Portoghesi (Université de Tuscia), Xavier Pons (Professeur à l’UAB et chercheur au CREAF), Tomas Matraia (Commission Européenne), Christophe Besacier (FAO).

This project has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration under grant agreement n° 609542.